Aktionnaire

Le premier vol suborbitale commercial de Virgin Galactic
Virgin Galactic

Suivre l'actu en 5 minutes

Recevez l’email qui rendra le suivi de l’actu économique plus agréable. Du lundi au vendredi, restez informé et diverti gratuitement.*

* Cliquez ici pour retrouver nos dernières newsletters.

Virgin Galactic (VG) a réussi son premier vol suborbital commercial envoyant un équipage de six personnes à la limite de l’espace. 


Pourquoi on en parle ? Ce vol, qui fait suite à cinq missions tests ayant atteint l’espace depuis 2018, marque le début des opérations commerciales de Virgin Galactic… et le développement du tourisme spatial. 


Un peu de contexte : Le milliardaire britannique Richard Branson, propriétaire de VG, attend ça depuis 2004 (date de création de l’entreprise) et affiche un retard de 15 ans par rapport à la date initiale de lancement.


Dans le détail : Le programme spatial de VG a été lancé en 2004 et espérait transporter des touristes dans le cosmos dès 2008. Virgin Galactic a fait encore pire que la SNCF à cause d’accidents mortels notamment en 2014, des enquêtes et des poursuites judiciaires. La société a perdu des centaines de millions par an depuis son introduction en bourse en 2019, et n’a généré que très peu de revenus.  


Et maintenant ? Virgin Galactic peut enfin se concentrer sur le vol de son carnet de commandes d’environ 800 passagers qui ont déjà acheté des billets entre 250 000$ et 450 000$ pour les achats les plus récents. Virgin prévoit d’effectuer un deuxième vol commercial en août avant d’attaquer des missions mensuelles ensuite. 


  • À ses débuts, VG a reçu des avances de stars dont Ashton Kutcher, Justin Bieber ou encore Leonardo DiCaprio.


Une activité à haut risque : 


  • Il n’y a qu’un pas entre tourisme spatial et tourisme en haute mer : des clients fortunés, des espaces restreints, des destinations lointaines et des contrats qui avertissent qu’on risque de rejoindre Johnny. Et comme nous l’a montré OceanGate, le moindre accident pourrait couler l’entreprise. 
  • La concurrence est rude. Blue Origin de J. Bezos a déjà envoyé 32 touristes à la limite de l’espace (comme VG), et SpaceX, en plus d’être une référence, est la seule entreprise qui emmène ses voyageurs dans l’espace et non seulement à la limite.


Bref : Si le VSS Unity a rejoint l’espace, l’action VG a elle rejoint OceanGate : elle a chuté de plus de 11% à cause notamment des interrogations sur son business model qui sera effectif seulement si VG suit une cadence de feu. Mais n’oublions pas tout de même que l’action VG est historiquement aussi volatile qu’un shitcoin avec un nom de chien.

Le premier vol suborbitale commercial de Virgin Galactic
Virgin Galactic

Suivre l'actu en 5 minutes

En 5 minutes de lecture tous les matins du lundi au vendredi, devenez incollable. Gratuitement.

Virgin Galactic (VG) a réussi son premier vol suborbital commercial envoyant un équipage de six personnes à la limite de l’espace. 


Pourquoi on en parle ? Ce vol, qui fait suite à cinq missions tests ayant atteint l’espace depuis 2018, marque le début des opérations commerciales de Virgin Galactic… et le développement du tourisme spatial. 


Un peu de contexte : Le milliardaire britannique Richard Branson, propriétaire de VG, attend ça depuis 2004 (date de création de l’entreprise) et affiche un retard de 15 ans par rapport à la date initiale de lancement.


Dans le détail : Le programme spatial de VG a été lancé en 2004 et espérait transporter des touristes dans le cosmos dès 2008. Virgin Galactic a fait encore pire que la SNCF à cause d’accidents mortels notamment en 2014, des enquêtes et des poursuites judiciaires. La société a perdu des centaines de millions par an depuis son introduction en bourse en 2019, et n’a généré que très peu de revenus.  


Et maintenant ? Virgin Galactic peut enfin se concentrer sur le vol de son carnet de commandes d’environ 800 passagers qui ont déjà acheté des billets entre 250 000$ et 450 000$ pour les achats les plus récents. Virgin prévoit d’effectuer un deuxième vol commercial en août avant d’attaquer des missions mensuelles ensuite. 


  • À ses débuts, VG a reçu des avances de stars dont Ashton Kutcher, Justin Bieber ou encore Leonardo DiCaprio.


Une activité à haut risque : 


  • Il n’y a qu’un pas entre tourisme spatial et tourisme en haute mer : des clients fortunés, des espaces restreints, des destinations lointaines et des contrats qui avertissent qu’on risque de rejoindre Johnny. Et comme nous l’a montré OceanGate, le moindre accident pourrait couler l’entreprise. 
  • La concurrence est rude. Blue Origin de J. Bezos a déjà envoyé 32 touristes à la limite de l’espace (comme VG), et SpaceX, en plus d’être une référence, est la seule entreprise qui emmène ses voyageurs dans l’espace et non seulement à la limite.


Bref : Si le VSS Unity a rejoint l’espace, l’action VG a elle rejoint OceanGate : elle a chuté de plus de 11% à cause notamment des interrogations sur son business model qui sera effectif seulement si VG suit une cadence de feu. Mais n’oublions pas tout de même que l’action VG est historiquement aussi volatile qu’un shitcoin avec un nom de chien.

Suivez l'actu en 5 minutes

Recevez l’email qui rendra le suivi de l’actu business et financière plus agréable. Du lundi au vendredi. Et c’est gratuit.

Suivez l'actu en 5 minutes

Recevez l’email qui rendra le suivi de l’actu business et financière plus agréable. Du lundi au vendredi. Et c’est gratuit.