Aktionnaire

La F1 à la conquête des Etats-Unis
F1

Suivre l'actu en 5 minutes

Recevez l’email qui rendra le suivi de l’actu économique plus agréable. Du lundi au vendredi, restez informé et diverti gratuitement.*

* Cliquez ici pour retrouver nos dernières newsletters.

La nouvelle saison de Formule 1 a commencé hier avec la victoire de Max Verstappen, le tenant du titre. Mais le champion cette année, on le connaît déjà : il s’appelle Liberty Media (ne le cherchez pas sur la grille de départ).


Pourquoi on en parle ? La F1 tente de conquérir le marché des États-Unis depuis des décennies mais la discipline n’a jamais percé, jusqu’à ce que Liberty Media rachète la F1 en 2017.


Contexte : en 2016, Liberty Media (spécialiste du “sportainment”) a racheté Formula One Management (société qui s’occupe des droits commerciaux de la F1) pour 4 milliards de dollars. La “FOM” était alors en déclin avec une perte d’audience et une image qui se dégradait au vu des enjeux climatiques. Aujourd’hui, elle en vaut plus de 17 milliards. 


Comment en est-on arrivés là ? Bernie Ecclestone, ancien patron de la F1, ciblait plutôt “l’homme de 70 ans très fortuné” alors que Liberty Media a tout misé sur un public plus jeune grâce au spectacle. L’aspect technique a notamment été pour permettre aux voitures de se suivre plus facilement. 


Plus que tout : Liberty Media a décidé de mettre le paquet sur l’entertainment, avec notamment une présence sur les réseaux sociaux dont B. Ecclestone avait horreur. Et on n’oublie pas la masterclass “F1 : Drive To Survive” la série Netflix sur la F1 qui a fait exploser la discipline, et à qui elle doit notamments ces chiffres : 


  • Les audiences des grands prix chez les 12-17 ans ont progressé de 50% en 2022.
  • Les audiences ont augmenté de 36% par rapport à 2019 aux USA, atteignant un record de 1,21 million de téléspectateurs par course. 
  • Le chiffre d’affaires annuel de la F1 a augmenté de 20% par rapport à 2021 pour atteindre 2,6 milliards de dollars.


Suite logique : Après le GP d’Austin et de Miami, c’est le GP de Las Vegas qui fait son entrée au calendrier cette année. Et cette popularité a fait craquer Audi et Ford (en collab’ avec Red Bull) qui arrivent en F1 dès 2026.


Bref : en janvier, le magazine Forbes a sacré le groupe américain “empire sportif le plus cher au monde”, avec une valeur totale de 21 milliards de dollars, dont 17,1 milliards liés à la F1. Et sur ce, on vous laisse savourer la nouvelle saison qui sera la plus longue saison de l’histoire de la F1 avec 23 courses.

La F1 à la conquête des Etats-Unis
F1

Suivre l'actu en 5 minutes

En 5 minutes de lecture tous les matins du lundi au vendredi, devenez incollable. Gratuitement.

La nouvelle saison de Formule 1 a commencé hier avec la victoire de Max Verstappen, le tenant du titre. Mais le champion cette année, on le connaît déjà : il s’appelle Liberty Media (ne le cherchez pas sur la grille de départ).


Pourquoi on en parle ? La F1 tente de conquérir le marché des États-Unis depuis des décennies mais la discipline n’a jamais percé, jusqu’à ce que Liberty Media rachète la F1 en 2017.


Contexte : en 2016, Liberty Media (spécialiste du “sportainment”) a racheté Formula One Management (société qui s’occupe des droits commerciaux de la F1) pour 4 milliards de dollars. La “FOM” était alors en déclin avec une perte d’audience et une image qui se dégradait au vu des enjeux climatiques. Aujourd’hui, elle en vaut plus de 17 milliards. 


Comment en est-on arrivés là ? Bernie Ecclestone, ancien patron de la F1, ciblait plutôt “l’homme de 70 ans très fortuné” alors que Liberty Media a tout misé sur un public plus jeune grâce au spectacle. L’aspect technique a notamment été pour permettre aux voitures de se suivre plus facilement. 


Plus que tout : Liberty Media a décidé de mettre le paquet sur l’entertainment, avec notamment une présence sur les réseaux sociaux dont B. Ecclestone avait horreur. Et on n’oublie pas la masterclass “F1 : Drive To Survive” la série Netflix sur la F1 qui a fait exploser la discipline, et à qui elle doit notamments ces chiffres : 


  • Les audiences des grands prix chez les 12-17 ans ont progressé de 50% en 2022.
  • Les audiences ont augmenté de 36% par rapport à 2019 aux USA, atteignant un record de 1,21 million de téléspectateurs par course. 
  • Le chiffre d’affaires annuel de la F1 a augmenté de 20% par rapport à 2021 pour atteindre 2,6 milliards de dollars.


Suite logique : Après le GP d’Austin et de Miami, c’est le GP de Las Vegas qui fait son entrée au calendrier cette année. Et cette popularité a fait craquer Audi et Ford (en collab’ avec Red Bull) qui arrivent en F1 dès 2026.


Bref : en janvier, le magazine Forbes a sacré le groupe américain “empire sportif le plus cher au monde”, avec une valeur totale de 21 milliards de dollars, dont 17,1 milliards liés à la F1. Et sur ce, on vous laisse savourer la nouvelle saison qui sera la plus longue saison de l’histoire de la F1 avec 23 courses.

Suivez l'actu en 5 minutes

Recevez l’email qui rendra le suivi de l’actu business et financière plus agréable. Du lundi au vendredi. Et c’est gratuit.

Suivez l'actu en 5 minutes

Recevez l’email qui rendra le suivi de l’actu business et financière plus agréable. Du lundi au vendredi. Et c’est gratuit.