Aktionnaire

Microsoft supprime 10 000 postes
REUTERS/Lucy Nicholson/File Photo

Suivre l'actu en 5 minutes

Recevez l’email qui rendra le suivi de l’actu économique plus agréable. Du lundi au vendredi, restez informé et diverti gratuitement.*

* Cliquez ici pour retrouver nos dernières newsletters.

On en parlait hier, c’est désormais officiel : Microsoft est le dernier des GAFAM à annoncer un licenciement massif (10 000 postes, 5% de son effectif de 221 000 employés). L’annonce est “so 2022” : comme les Meta, Alphabet, Amazon etc, Microsoft cherche aussi à réduire au maximum ses coûts.


Dans le détail, cette mesure coûtera 1,2 milliard de dollars à Microsoft (entre les indemnités de départ et autres coûts), ce qui devrait se ressentir dans son bilan trimestriel (rdv le 24/01). 


Comment on en est arrivé là ? Comme la plupart des entreprises tech, sur ces dix dernières années, Microsoft a embauché comme si demain n’existait pas. La tendance s’est en plus accélérée pendant le Covid : au total, le mastodonte a embauché plus de 75 000 personnes depuis 2019, soit près d’un tiers de son effectif. C’est colossal, mais il en avait les moyens : son chiffre d’affaires annuel a augmenté de 58% sur cette période. 


Problème : la hausse des taux d’intérêt et la perspective d’une récession ont tempéré les perspectives de l’entreprise. Microsoft a affiché son trimestre le plus faible depuis 2016 en octobre dernier. 


Chacun de ces plans de licenciement taille XXL dans la tech mettent une pression en plus sur le reste de l’industrie prise dans la course à la réduction des coûts. En clair, une GAFAM qui se dit qu’elle doit serrer la ceinture, ce n’est pas tous les jours et ça ne rassure personne.


Bref : plus de 60 000 employés du monde de la tech ont été licenciés l’an dernier, mais le directeur de Microsoft, Satya Nadella, est optimiste : “Alors que nous supprimons des postes dans certains domaines, nous continuerons à embaucher dans des domaines stratégiques clés”. Il a notamment souligné l’importance de construire une “nouvelle plateforme informatique” en utilisant les progrès de l’intelligence artificielle. Affaire à suivre…

Microsoft supprime 10 000 postes
REUTERS/Lucy Nicholson/File Photo

Suivre l'actu en 5 minutes

En 5 minutes de lecture tous les matins du lundi au vendredi, devenez incollable. Gratuitement.

On en parlait hier, c’est désormais officiel : Microsoft est le dernier des GAFAM à annoncer un licenciement massif (10 000 postes, 5% de son effectif de 221 000 employés). L’annonce est “so 2022” : comme les Meta, Alphabet, Amazon etc, Microsoft cherche aussi à réduire au maximum ses coûts.


Dans le détail, cette mesure coûtera 1,2 milliard de dollars à Microsoft (entre les indemnités de départ et autres coûts), ce qui devrait se ressentir dans son bilan trimestriel (rdv le 24/01). 


Comment on en est arrivé là ? Comme la plupart des entreprises tech, sur ces dix dernières années, Microsoft a embauché comme si demain n’existait pas. La tendance s’est en plus accélérée pendant le Covid : au total, le mastodonte a embauché plus de 75 000 personnes depuis 2019, soit près d’un tiers de son effectif. C’est colossal, mais il en avait les moyens : son chiffre d’affaires annuel a augmenté de 58% sur cette période. 


Problème : la hausse des taux d’intérêt et la perspective d’une récession ont tempéré les perspectives de l’entreprise. Microsoft a affiché son trimestre le plus faible depuis 2016 en octobre dernier. 


Chacun de ces plans de licenciement taille XXL dans la tech mettent une pression en plus sur le reste de l’industrie prise dans la course à la réduction des coûts. En clair, une GAFAM qui se dit qu’elle doit serrer la ceinture, ce n’est pas tous les jours et ça ne rassure personne.


Bref : plus de 60 000 employés du monde de la tech ont été licenciés l’an dernier, mais le directeur de Microsoft, Satya Nadella, est optimiste : “Alors que nous supprimons des postes dans certains domaines, nous continuerons à embaucher dans des domaines stratégiques clés”. Il a notamment souligné l’importance de construire une “nouvelle plateforme informatique” en utilisant les progrès de l’intelligence artificielle. Affaire à suivre…

Suivez l'actu en 5 minutes

Recevez l’email qui rendra le suivi de l’actu business et financière plus agréable. Du lundi au vendredi. Et c’est gratuit.

Suivez l'actu en 5 minutes

Recevez l’email qui rendra le suivi de l’actu business et financière plus agréable. Du lundi au vendredi. Et c’est gratuit.