Aktionnaire

Comment les élections américaines affectent les marchés
Minh Uong/The New York Times

Suivre l'actu en 5 minutes

Recevez l’email qui rendra le suivi de l’actu économique plus agréable. Du lundi au vendredi, restez informé et diverti gratuitement.*

* Cliquez ici pour retrouver nos dernières newsletters.

Si vous êtes stressés par vos partiels de mi-semestre en ce moment, ayez une pensée pour J. Biden : les élections de mi-mandat, c’est aujourd’hui. Et on sait tous que ce qui se passe outre-atlantique pourrait aussi nous concerner.


Comment ça marche ? 

Après 2 ans de l’administration Biden (démocrate), les Américains ont la possibilité de remettre en cause la majorité au Parlement. Au total, les Américains devront élire 435 “députés” qui siègeront à la Chambre des représentants, l’équivalent de notre Assemblée nationale, et un tiers du Sénat sera renouvelé à la suite de ces élections.


Rappel : les États-Unis n’ont pas la chance d’avoir un parti “Chasse, pêche, nature et traditions”. Le système américain est bipartisan: les républicains, figure de droite, et les démocrates, figure très modérée de droite, pour ne pas dire gauche. 


Inflation > autre

Le Washington Post a constaté que la part d’Américains qui ont déclaré que le pays était sur la bonne voie a évolué en quasi synchronisation avec… les prix de l’essence : plus les prix augmentent, moins les Américains sont optimistes. Le droit à l’avortement, le climat, les droits civiques et autres sujets portés par les démocrates ont donc été moins soutenus ces derniers temps.


Mais le plus fou dans l’histoire, c’est que le président n’a rien à voir avec les prix de l’essence qui sont, en grande partie, dépendants des prix du pétrole brut, une matière première échangée à l’échelle mondiale. Et leur hausse des prix est la conséquence de l’invasion de l’Ukraine, des problèmes techniques avec les raffineries et des réductions de production de l’OPEP+.


Les démocrates (parti de Biden) ont actuellement la majorité, mais les républicains doivent seulement remporter cinq sièges à la Chambre ou un seul au Sénat pour forcer la cohabitation au parlement. Biden ne pourra donc plus mener son programme comme prévu et ça, c’est good news pour les marchés…


Quel impact pour nous ?

Les investisseurs parient sur une grosse vague républicaine qui pourrait entraîner probablement plus de complications au niveau de l’adoption de nouvelles lois. Et les investisseurs ont souvent tendance à apprécier quand les politiques n’arrivent pas à se décider.


Le résultat pourrait profiter aux actions si les républicains l’emportent. Leur politique budgétaire restrictive vise à réduire les dépenses publiques pour équilibrer le budget et limiter l’arrosage sans fin alors qu’on parle d’inflation chaque jour.


Résultat : la situation budgétaire des États-Unis pourrait permettre de réduire les taux d’emprunt et de régler son plus gros problème: des Américains qui, malgré l’inflation, consomment comme s’ils avaient tous gagné le Powerball alors que la Fed (Banque centrale américaine) fait tout son possible pour qu’ils réduisent leur consommation dans le but de lutter contre la hausse des prix.


Bref : ces élections sont plutôt favorables pour les marchés et l’histoire montre que les actions progressent fortement dans les 6 mois qui suivent ces élections, donc on comprend l’intérêt d’Elon Musk. Mais attention, cette année est différente avec l’inflation mais surtout le risque de contestation des résultats.

Comment les élections américaines affectent les marchés
Minh Uong/The New York Times

Suivre l'actu en 5 minutes

En 5 minutes de lecture tous les matins du lundi au vendredi, devenez incollable. Gratuitement.

Si vous êtes stressés par vos partiels de mi-semestre en ce moment, ayez une pensée pour J. Biden : les élections de mi-mandat, c’est aujourd’hui. Et on sait tous que ce qui se passe outre-atlantique pourrait aussi nous concerner.


Comment ça marche ? 

Après 2 ans de l’administration Biden (démocrate), les Américains ont la possibilité de remettre en cause la majorité au Parlement. Au total, les Américains devront élire 435 “députés” qui siègeront à la Chambre des représentants, l’équivalent de notre Assemblée nationale, et un tiers du Sénat sera renouvelé à la suite de ces élections.


Rappel : les États-Unis n’ont pas la chance d’avoir un parti “Chasse, pêche, nature et traditions”. Le système américain est bipartisan: les républicains, figure de droite, et les démocrates, figure très modérée de droite, pour ne pas dire gauche. 


Inflation > autre

Le Washington Post a constaté que la part d’Américains qui ont déclaré que le pays était sur la bonne voie a évolué en quasi synchronisation avec… les prix de l’essence : plus les prix augmentent, moins les Américains sont optimistes. Le droit à l’avortement, le climat, les droits civiques et autres sujets portés par les démocrates ont donc été moins soutenus ces derniers temps.


Mais le plus fou dans l’histoire, c’est que le président n’a rien à voir avec les prix de l’essence qui sont, en grande partie, dépendants des prix du pétrole brut, une matière première échangée à l’échelle mondiale. Et leur hausse des prix est la conséquence de l’invasion de l’Ukraine, des problèmes techniques avec les raffineries et des réductions de production de l’OPEP+.


Les démocrates (parti de Biden) ont actuellement la majorité, mais les républicains doivent seulement remporter cinq sièges à la Chambre ou un seul au Sénat pour forcer la cohabitation au parlement. Biden ne pourra donc plus mener son programme comme prévu et ça, c’est good news pour les marchés…


Quel impact pour nous ?

Les investisseurs parient sur une grosse vague républicaine qui pourrait entraîner probablement plus de complications au niveau de l’adoption de nouvelles lois. Et les investisseurs ont souvent tendance à apprécier quand les politiques n’arrivent pas à se décider.


Le résultat pourrait profiter aux actions si les républicains l’emportent. Leur politique budgétaire restrictive vise à réduire les dépenses publiques pour équilibrer le budget et limiter l’arrosage sans fin alors qu’on parle d’inflation chaque jour.


Résultat : la situation budgétaire des États-Unis pourrait permettre de réduire les taux d’emprunt et de régler son plus gros problème: des Américains qui, malgré l’inflation, consomment comme s’ils avaient tous gagné le Powerball alors que la Fed (Banque centrale américaine) fait tout son possible pour qu’ils réduisent leur consommation dans le but de lutter contre la hausse des prix.


Bref : ces élections sont plutôt favorables pour les marchés et l’histoire montre que les actions progressent fortement dans les 6 mois qui suivent ces élections, donc on comprend l’intérêt d’Elon Musk. Mais attention, cette année est différente avec l’inflation mais surtout le risque de contestation des résultats.

Suivez l'actu en 5 minutes

Recevez l’email qui rendra le suivi de l’actu business et financière plus agréable. Du lundi au vendredi. Et c’est gratuit.

Suivez l'actu en 5 minutes

Recevez l’email qui rendra le suivi de l’actu business et financière plus agréable. Du lundi au vendredi. Et c’est gratuit.